Epigram 7.648

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

Codex Palatinus 23 p. 309

Texts


ἐσθλὸς Ἀριστοκράτης ὅτ᾽ ἀπέπλεεν εἰς Ἀχέροντα,
εἶπ᾽ ὀλιγοχρονίης ἁψάμενος κεφαλῆς:


παίδων τις μνήσαιτο, καὶ ἑδνώσαιτο γυναῖκα,

εἰ καί μιν δάκνοι δυσβίοτος πενίη:


ζωὴν στυλώσαιτο: κακὸς δ᾽ ἄστυλος ἰδέσθαι

οἶκος: ὃ δ᾽ αὖ λῷστον,^ τἀνέρος ἐσχαρεὼν

εὐκίων φαίνοιτο, καὶ ἐν πολυκαέι ὄγκῳ

ἐμπρέποι,^ αὐγάζων δαλὸν ἐπεσχάριον

ᾔδει Ἀριστοκράτης τὸ κρήγυον ἀλλὰ γυναικῶν,

ὤνθρωπ᾽, ἤχθαιρεν τὴν ἀλιτοφροσύνην.

— Paton edition

L'honnête Aristocratès, en partance pour l'Achéron, déclara la main sur sa tête qui sous peu ne serait plus : "L'homme doit songer à avoir des enfants et prendre femme, même s'il sent les morsures d'une pénible vie de pauvreté. Qu'on donne à sa vie des soutiens : une maison sans soutiens est de bien peu d'aspect ; au contraire, le foyer idéal pour l'homme semblerait être celui qu'étayent de belles colonnes et où, dans le faste d'un feu abondant, on est assis à son aise contemplant les tisons de son âtre." Aristocratès connaissait la vérité, mais des femmes, ami, il avait en haine la scélératesse.

— Waltz edition

Comments

Alignments

Internal reference

Epigram 7.440

External references