Epigram 9.370

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

Codex Palatinus 23, p. 420

Texts

οὐ κύνες, οὐ στάλικές με κατήνυσαν, οὐχὶ κυνηγοὶ
δορκάδα τὸν δ᾽ ἀπὸ γῆς εἰν ἁλὶ πλῆσα μόρον.
ἐξ ὕλης πόντῳ γὰρ ἐνέδραμον εἶτά με πλεκταὶ
ἕλξαν ἐπ᾽ αἰγιαλοὺς δικτυβόλων παγίδες.

ἤλιτον ἡ χέρσοιο μάτην φυγάς: οὐδ᾽ ἀδίκως με
εἷλε σαγηνευτὴς τἀμὰ λιποῦσαν ὄρη.
οὔποτ᾽ ἄγρης, ἁλιῆες, ἔτ᾽ ἄστοχον οἴσετε χεῖρα,
χέρσῳ καὶ πελάγει κοινὰ πλέκοντες ὕφη.

— Paton edition

Ni les chiens ni les filets n'ont eu raison de moi, chevreuil, ni les chasseurs, mais le trépas qui me venait de terre, c'est en mer que je l'ai consommé. Car de la forêt je m'étais élancé dans les flots, et les filets bien tressés des pêcheurs m'ont tiré sur la grève. Je fus coupable en désertant vainement la terre ferme et l'homme aux rets n'eut pas tort de me prendre, moi qui avais abandonné mes montagnes. Jamais plus, pêcheurs, vos mains ne manqueront leur proie, puisque vous tressez des filets aussi bons sur terre que sur mer.

— Waltz edition

Cities

Comment

#1

Questions d’attribution et de datation.

Dans la majorité des éditions modernes, l’épigramme est attribuée à Tiberius Illustris. Les éditeurs interprètent la scholie  ίλου  comme étant une abréviation de ἰλλουστρίου. « Illustrius » est un titre de noblesse utilisé à partir de la fin du 4e siècle, il a donc été admis que l’auteur de l’épigramme était postérieur à cette date. Page (Further Greek epigrams, 1981, pp. 545-548) remet en question cette conjecture et démontre que l’auteur pourrait simplement être un certain Tiberius Ilius. Or, sans le titre de noblesse, rien ne permet de dater le texte du 4e siècle. Pour Page, le sujet, le style, le vocabulaire et le mètre de l’épigramme correspondraient plutôt à la première moitié du Ier siècle ap. J.-C.

-mathildevrst

Alignments

External references

Last modifications

[2021-11-21 22:03] Epigram 9.370: initial revision

See all modifications →