Epigram 5.180

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

Codex Palatinus 23 p. 114

Texts


τί ξένον, εἰ βροτολοιγὸς Ἔρως τὰ πυρίπνοα τόξα
βάλλει, καὶ λαμυροῖς ὄμμασι πικρὰ γελᾷ;

οὐ μάτηρ στέργει μὲν Ἄρη γαμέτις δὲ τέτυκται
Ἁφαίστου, κοινὰ καὶ πυρὶ καὶ ξίφεσιν;

ματρὸς δ᾽ οὐ μάτηρ ἀνέμων μάστιξι Θάλασσα
τραχὺ βοᾷ; γενέτας δ᾽ οὔτε τις οὔτε τινός.
τοὔνεκεν Ἁφαίστου μὲν ἔχει φλόγα. κύμασι δ᾽ ὀργὰν
στέρξεν ἴσαν, Ἄρεως δ᾽ αἱματόφυρτα βέλη.

— Paton edition

Quoi d’étonnant si Éros, le fléau des mortels, lance des traits de feu, si ses yeux sont étincelants et méchant son rire ? Sa mère n’aime-t-elle point Arès et n’est-elle pas l’épouse d’Héphaïstos, se partageant ainsi entre le feu et le fer ? Et la mère de sa mère, n’est-ce pas la Mer qui, sous le fouet des vents, hurle avec sauvagerie ? Quant à son père, c’est… Personne, fils de Personne. Voilà pourquoi d’Héphaïstos il possède les feux ; sa colère, quand il s’emporte, est semblable à celle des flots ; d’Arès, enfin, il a les armes souillées de sang.

— Waltz edition

Cities

Scholia

Comments

#1

L'amour qui brûle

Ces épigrammes ont la métaphore de l’amour brûlant.

#2

Couronne de Méléagre au livre V

Suivant ce que dit Cameron, au livre V, les épigrammes 134 jusqu'à 215 font partie de la Couronne de Méléagre.

Alignments

External references