Epigram 7.698

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

Codex Palatinus 23 p. 317

Texts

αὐτὸς Ἰωάννης Ἐπιδάμνιος ἐνθάδε κεῖται,
τηλεφανὴς ὑπάτων κόσμος ἀειφανέων
ὁ γλυκύ μοι Μουσέων πετάσας φάος, ὁ πλέον ἄλλων
εὐρύνας ξενίου δαίμονος ἐργασίην,

παμφόρβην παλάμην κεκτημένος, ἥντινα μούνην
οὐκ ἴδε δωτίνῃς μέτρον ὁριζόμενον.
αἰπυτάτην δ᾽ ηὔξησε [ νόμοις πα]τρίοισιν ἀπήνην,
φαιδρύνας καθαρῆς ἔργα Δικαιοσύνης.
ὦ πόποι, οὐκ ἔζησε πολὺν χρόνον, ἀλλ᾽ ἐνιαυτοὺς

μοῦνον ἀναπλήσας τεσσαράκοντα δύο,
ᾤχετο μουσοπόλοισι ποθὴν πάντεσσιν ἐάσας,
οὓς ἐπόθει πατέρων φέρτερα γειναμένων.

— Paton edition

C'est Jean d'Epidamne lui-même qu'on a placé ici, très illustre honneur des consuls toujours illustres, celui qui a répandu sur moi la suave lumière des Muses, qui plus que d'autres a élargi le domaine où s'exerce le génie hospitalier, car sa main était une mère nourricière universelle, la seule chose en lui qui ne connût pas pour la libéralité une mesure et des bornes. Il a élevé très haut, grâce à des lois nationales, le prestige de..., en donnant de l'éclat aux œuvres de la pure justice. Hélas ! il n'a pas vécu longtemps : il n'avait que quarante deux ans quand il s'en est allé, laissant des regrets à l'affection de tous les amis des Muses, qu'il affectionnait plus que ses propres parents.

— Waltz edition

Cities

Comments

Alignments

External references