Epigram 7.411

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

Codex Palatinus 23 p. 268

Texts

Θέσπιδος εὕρεμα τοῦτο, τὰ τ᾽ ἀγροιῶτιν ἀν᾽ ὕλαν
παίγνια, καὶ κώμους τούσδε, τελειοτέρους
Αἰσχύλος ἐξύψωσεν, ὁ μὴ σμιλευτὰ χαράξας
γράμματα, χειμάρρῳ δ᾽ οἷα καταρδόμενα,
καὶ τὰ κατὰ σκηνὴν μετεκαίνισεν. ὦ στόμα πάντη
δεξιόν, ἀρχαίων ἦσθά τις ἡμιθέων.

— Paton edition

Voilà pour les inventions de Thespis. Ce qui n'était que jeux rustiques à travers la forêt et les chants déjà plus parfaits de Thespis que vous avez sous la main, Eschyle les a portés à une hauteur sublime, lui qui grava des vers non pas ciselés, mais comme arrosés par un torrent; et il a renouvelé l'art de la scène. Bouche habile en toutes choses, tu étais quelqu'un des anciens demi-dieux.

— Waltz edition

Cities

Comments

#1

Dioscoride et les poètes

Parmi les quelques 40 épigrammes de Dioscorides, cinq sont sur le théâtre grec: trois poètes de l'époque archaïque et classique (Thepsis, Eschyle, et Sophocle), et deux sur des poètes qui lui sont contemporains, soit Sosithéos et Machon. Dioscoride conçoit ses épigrammes en connection entre eux-mêmes tout en faisant état de l'état du théâtre selon chacun des dramaturges qu'il cite. Pour une étude plus appronfondie de ce phénomène, consultez Nervegna, Sebastiana. “SOSITHEUS AND HIS ‘NEW’ SATYR PLAY.” The Classical Quarterly 69, no. 1 (2019): 202–13

#2

Eschyle demi-dieu

Les anciens, c'est-à-dire les classiques, sont à cette époque des demi-dieux par définition

Alignments

Internal reference

Epigram 7.410

External references