Epigram 6.1

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

#1

Sur le miroir de Laïs. (M. Yourcenar)

Codex Palatinus 23 p. 141

Texts


ἡ σοβαρὸν γελάσασα καθ᾽ Ἑλλάδος, ἥ ποτ᾽ ἐραστῶν
ἑσμὸν ἐπὶ προθύροις Λαῒς ἔχουσα νέων,
τῇ Παφίῃ τὸ κάτοπτρον: ἐπεὶ τοίη μὲν ὁρᾶσθαι
οὐκ ἐθέλω, οἵη δ᾽ ἦν πάρος οὐ δύναμαι.

— Paton edition

Moi, Laïs au rire effronté,
J'ai vu jadis avec orgueil
Les amants assiéger mon seuil,
Mis en émoi par ma beauté.
Ce que je fus, je ne suis plus ;
Ce que je suis, j'en crains l'image.
De ce miroir où je me plus,
Aphrodite, accepte l'hommage !

— M. Yourcenar

Cities

Comments

#1

Traduction française de Παφίῃ en 6.1

Le texte dit littéralement: «À la Paphienne ;» mais cette expression, courante en grec et parfaitement claire pour des Hellènes, m'a semblé beaucoup moins intelligible pour des lecteurs modernes et impossible à conserver en français. -P. Waltz

#2

Imitation de 6.1 par Ausone

Cette pièce, dont l'attribution à Platon est des plus hasardées, a été imitée d'assez près par Ausone, Epigr. 65 (p. 336 Peiper):

Lais anus Veneri speculum dico: dignum habeat se Aeterna aeternum forma ministerium. At mihi nullus in hoc usus, quia cernere talem Qualis sum, nolo; qualis eram, nequeo. -P. Waltz

Alignments


σοβαρὸν γελάσασα καθ Ἑλλάδος , ποτ ἐραστῶν
ἑσμὸν ἐπὶ προθύροις Λαῒς ἔχουσα νέων ,
τῇ Παφίῃ τὸ κάτοπτρον : ἐπεὶ τοίη μὲν ὁρᾶσθαι
οὐκ ἐθέλω , οἵη δ ἦν πάρος οὐ δύναμαι .

Moi dont le rire hautain narguait la Grèce , moi , Laïs , qui avais dans mon antichambre tout cet essaim de jeunes amoureux , je consacre mon miroir à la déesse de Paphos ; car me voir telle que je suis , je ne le veux pas , et telle que j ' étais jadis , je ne le peux pas .

Internal references

Last modifications

[2021-11-21 22:03] Epigram 6.1: First revision

See all modifications →