Epigram 5.102

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

Codex Palatinus 23 p. 101
Codex Palatinus 23 p. 102

Texts


τὴν ἰσχνὴν Διόκλειαν, ἀσαρκοτέρην Ἀφροδίτην,
ὄψεαι, ἀλλὰ καλοῖς ἤθεσι τερπομένην.
οὐ πολύ μοι τὸ μεταξὺ γενήσεται: ἀλλ᾽ ἐπὶ λεπτὰ
στέρνα πεσὼν, ψυχῆς κείσομαι ἐγγυτάτω.

— Paton edition

« Tu vas voir la maigre Diocleia ? C’est une Aphrodite bien mal en chair ! — Oui, mais elle aime les mœurs honnêtes. Je n’aurai pas grand'chose à franchir, mais il me suffira de m’appuyer sur sa mince poitrine pour être couché tout près de son âme. »

— Waltz edition

Cities

Comment

#1

Huet considérait cette épigramme comme un dialogue. Jacobs fait observer que le tour interrogatif n'implique pas nécessairement cette hypothèse, mais que le poète peut fort bien converser avec lui-même. (Waltz)

Alignments

External references