Epigram 11.64

URN
Created on
By
Updated on

Descriptions

Codex Palatinus 23 p. 517

Texts


ἡμεῖς μὲν πατέοντες ἀπείρονα καρπὸν Ἰάκχου
ἄμμιγα βακχευτὴν ῥυθμὸν ἀνεπλέκομεν.
ἤδη δ᾽ ἄσπετον οἶδμα κατέρρεεν: οἷα δὲ λέμβοι
κισσύβια γλυκερῶν νήχεθ᾽ ὑπὲρ ῥοθίων,

οἷσιν ἀρυσσάμενοι σχέδιον ποτὸν ἤνομεν ἤδη,
θερμῶν Νηιάδων οὐ μάλα δευόμενοι.
ἡ δὲ καλὴ ποτὶ ληνὸν ὑπερκύπτουσα Ῥοδάνθη
μαρμαρυγῇς κάλλους νᾶμα κατηγλάισεν.
πάντων δ᾽ ἐκδεδόνηντο θοαὶ φρένες, οὐδέ τις ἡμέων

ἦεν, ὃς οὐ Βάκχῳ δάμνατο καὶ Παφίῃ.
τλήμονες, ἀλλ᾽ ὁ μὲν εἷρπε παραὶ ποσὶν ἄφθονος ἡμῖν
τῆς δ᾽ ἄρ᾽ ὑπ᾽ ἐλπωρῇ μοῦνον ἐπαιζόμεθα.

— Paton edition

Nous foulions aux pieds l'énorme monceau des fruits de Iacchos, tout en rythmant en cadence une chanson bacchique. Déjà le moût coulait sans fin et, telles de petites barques, des coupes de bois voguaient sur les vagues sucrées. Avec elles, nous arrivions à puiser cette liqueur toute prête sans l'arroser, bien sûr, aux ondes tièdes de Naïades.
Mais la belle Rodanthé se pencha sur le pressoir: elle illuminait le flot de l'éblouissement de sa beauté. Sur l'heure, tous les coeurs étaient troublés; il n'y en avait pas un parmi nous que ne domptât Bacchus et la déesse de Paphos. Infortunés! l'un glissait doucement à nos pieds, sans se refuser; l'autre, nous donnait seule l'espérance et se jouait de nous!

— R. Aubreton

Cities

Comments

Alignments

External references