Anthologia Graeca

Antecedens: 7.611

Subsequens: 7.613

Anthologia Graeca 7.612, Agathias Scholasticus Ἀγαθίας σχολαστικός Agathias le scholastique

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.612

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/1009

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/1009

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/1009

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-26T22:51:42.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Muses, Helicon, Validé par Romane, Rome, Pharos, Jeanne

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


φεῦ, φεῦ, τὴν δεκάτην Ἑλικωνίδα, τὴν λυραοιδὸν
Ῥώμης καὶ Φαρίης, ἥδε κέκευθε κόνις.
ὤλετο φορμίγγων τερετίσματα, λῆξαν ἀοιδαί,
ὥσπερ Ἰωάννῃ πάντα συνολλύμενα.

καὶ τάχα θεσμὸν ἔθηκαν ἐπάξιον ἐννέα Μοῦσαι,
τύμβον Ἰωάννης ἀνθ᾽ Ἑλικῶνος ἔχειν.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

Alas ! alas ! This earth covers the tenth Muse, the lyric chanter of Rome and Alexandria. They have perished, the notes of the lyre ; song hath perished as if dying together with Joanna. Perchance the nine Muses have imposed on themselves a law worthy of them - to dwell in Joanna's tomb instead of on Helicon.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

Hélas ! hélas ! la dixième nymphe de l'Hélicon, la joueuse de lyre célèbre à Rome et dans la baie de Pharos est ici couchée sous cette poussière. Les fredonnements des phorminx ont disparu, les chants ont cessé, on dirait qu'avec Jeanne tout a disparu à la fois. Peut-être aussi, par une loi qu'elles se sont fixée à juste titre, les neuf Muses habitent-elles la tombe de Jeanne au lieu de l'Hélicon.

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?