Anthologia Graeca

Antecedens: 7.609

Subsequens: 7.611

Anthologia Graeca 7.610, Palladas Παλλάδας)

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.610

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/966

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/966

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/966

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-15T15:11:18.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Mariage et mort, Validé par Romane, Penthée, Penthésileia

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


ἥρπασέ τις νύμφην, καὶ τὸν γάμον ἥρπασε δαίμων,
ψυχῶν συλήσας τερπομένην ἀγέλην.
εἷς γάμος εἰκοσιπέντε τάφους ἔπλησε θανόντων.
πάνδημος δὲ νεκρὼν εἷς γέγονεν θάλαμος.

νύμφη Πενθεσίλεια πολύστονε, νυμφίε Πενθεῦ,
ἀμφοτέρων ὁ γάμος πλούσιος ἐν θανάτοις.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

One carried off a bride and Fate carried off the wedding party, despoiling of life the merry company. One wedding sent four and twenty corpses to their graves, and one chamber became their common mortuary. Penthesilea, unhappy bride, Pentheus, bridegroom of sorrow, rich in deaths was your marriage !

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

On enleva la mariée, et la noce fut enlevée par une divinité, qui emporta au milieu de leurs réjouissances une troupe d'âme. Rien que pour une noce, vingt-cinq tombeaux sont pleins de morts ; une chambre nuptial est devenue un cimetière commun. Penthésileia, fiancée infortunée, et toi, jeune époux Penthée, votre mariage est fécond en trépas.

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?

Note: Jeu de mot

Les noms des deux jeunes époux proviennent de πένθος (deuil) et sont vraisemblablement fictifs.