Anthologia Graeca

Antecedens: 7.600

Subsequens: 7.602

Anthologia Graeca 7.601, Julianus Ἰουλιανὸς ὁ Αἰγύπτιος Julien l'Égyptien

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.601

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/945

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/945

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/945

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-14T20:31:56.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Validé par Romane, Anastasia

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


φεῦ, φεῦ, ἀμετρήτων χαρίτων ἔαρ ἡδὺ μαραίνει
ἀμφὶ σοὶ ὠμοφάγων χεῖμα τὸ νερτερίων.
καὶ σὲ μὲν ἥρπασε τύμβος ἀπ᾽ ἠελιώτιδος αἴγλης,
πέμπτον ἐφ᾽ ἑνδεκάτῳ πικρὸν ἄγουσαν ἔτος,

σὸν δὲ πόσιν γενέτην τε κακαῖς ἀλάωσεν ἀνίαις,
οἷς πλέον ἠελίου λάμπες, Ἀναστασίη.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

Alas ! Alas ! The winter of savage Hell, nips the spring of countless charms ; the tomb has torn thee from the light of the sun at the sad age of sixteen years, and has blinded with evil grief thy husband and thy father, for whom, Anastasia, thou didst shine brighter than the sun.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

Hélas ! d'innombrables grâces encore en leur printemps suaves sont flétries en toi par l'hiver du féroce royaume d'en bas. La tombe t'a ravie à la splendeur du soleil après qu'à tes onze ans eut succédé une cinquième année d'amertume ; mais ton époux, ton père sont par elle aveuglés d'un pernicieux chagrin, eux pour qui tu brillais plus que le soleil Anastasia.

Internal Reference

Anthologia Graeca 7.600

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?