Anthologia Graeca

Antecedens: 7.599

Subsequens: 7.601

Anthologia Graeca 7.600, Julianus Ἰουλιανὸς ὁ Αἰγύπτιος Julien l'Égyptien

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.600

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/943

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/943

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/943

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-14T20:31:37.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Graces, Mariage et mort, Validé par Romane, Anastasia

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


ὥριος εἷχέ σε παστάς, ἀώριος εἷλέ σε τύμβος,
εὐθαλέων Χαρίτων ἄνθος, Ἀναστασίη.
σοὶ γενέτης, σοὶ πικρὰ πόσις κατὰ δάκρυα λείβει,
σοὶ τάχα καὶ πορθμεὺς δακρυχέει νεκύων

οὐ γὰρ ὅλον λυκάβαντα διήνυσας ἄγχι συνεύνου,
ἀλλ᾽ ἑκκαιδεκέτιν, φεῦ, κατέχει σε τάφος.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

Anastasia, flower of the blooming Graces, the marriage bed received thee in due season and the tomb before thy season. Both thy father and husband shed bitter tears for thee, and perchance even the ferry-man of the dead weeps for thee. For not even a whole year didst thou pass with thy husband but the tomb holds the aged alas ! but sixteen.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

La chambre nuptiale t'a accueillie en temps opportun, la tombe t'a ravie prématurément, ô rose des Grâces florissantes, Anastasia. Sur toi un père, sur toi un mari versent des larmes amères : pour toi peut-être le nocher des morts laisse lui-même couler une larme. Car tu n'as pas achevé une année entière auprès de ton époux, mais à l'âge de seize ans le tombeau t'a reçue.

Internal Reference

Anthologia Graeca 7.601

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?