Anthologia Graeca

Antecedens: 7.598

Subsequens: 7.600

Anthologia Graeca 7.599, Julianus Ἰουλιανὸς ὁ Αἰγύπτιος Julien l'Égyptien

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.599

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/942

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/942

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/942

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-14T19:55:12.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, Afrodite Pafia (Παφίη, -ης; ἡ), funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Aphrodite, Graces, Validé par Romane, Pallas, Hadès (dieu), Kalê

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


οὔνομα μὲν Κάλη, φρεσὶ δὲ πλέον ἠὲ προσώπῳ,
κάτθανε: φεῦ, Χαρίτων ἐξαπόλωλεν ἔαρ.
καὶ γὰρ ἔην Παφίῃ πανομοίιος, ἀλλὰ συνεύνῳ
μούνῳ: τοῖς δ᾽ ἑτέροις Παλλὰς ἐρυμνοτάτη.

τίς λίθος οὐκ ἐγόησεν, ὅτ᾽ ἐξήρπαξεν ἐκείνην
εὐρυβίης Ἀίδης ἀνδρὸς ἀπ᾽ ἀγκαλίδων ;

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

She is dead, Kale (Beautiful) by name and more so in mind than in face. Alas ! the spring of the Graces has perished utterly. For very like was she to Aphrodite, but only for her lord ; for others she was an unassailable Pallas. What stone did not mourn when the strong hand of Hades tore her from her husband's arms.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

Kalê (la Belle) était son nom, mais elle était encore plus belle d'esprit que de visage. Elle est morte, hélas, le printemps des Grâces s'est évanoui. En effet, elle était pareille en tout à la déesse de Paphos, mais pour son époux seulement : et pour les autres, une Pallas tout à fait inaccessible. Quel est le rocher qui n'a pas pleuré, quand le puissant Hadès l'a arrachée aux bras de son mari ?

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?