Anthologia Graeca

Antecedens: 7.595

Subsequens: 7.597

Anthologia Graeca 7.596, Agathias Scholasticus Ἀγαθίας σχολαστικός Agathias le scholastique

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.596

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/939

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/939

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/939

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-14T19:09:33.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Mariage et mort, Validé par Romane, Theodotus, Eugénie (sœur d'Agathias)

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


ναὶ μὰ τὸν ἐν γαίῃ πύματον δρόμον, οὔτε μ᾽ ἄκοιτις
ἔστυγεν, οὔτ᾽ αὐτὸς Θεύδοτος Εὐγενίης
ἐχθρὸς ἑκὼν γενόμην ἀλλὰ φθόνος ἠέ τις ἄτη
ἡμέας ἐς τόσσην ἤγαγεν ἀμπλακίην.

νῦν δ᾽ ἐπὶ Μινῴην καθαρὴν κρηπῖδα μολόντες
ἀμφότεροι λευκὴν ψῆφον ἐδεξάμεθα.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

Nay ! by this our last journey in the earth, neither did my wife hate me nor did I, Theodotus, willingly become Eugenia's enemy ; but some envy or fatality led us into that great error. Now, having come to the pure bench of Minos, we were both pronounced not guilty.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

Oui, je le jure par la course suprême sous la terre : ni mon épouse ne me haïssait, ni moi-même, Théodotos, je ne suis devenu de bon gré l'ennemi d'Eugénie ; mais la jalousie ou quelque fatalité nous a entraînés à une telle aberration. Et maintenant, en nous présentant devant le tribunal incorruptible de Minos, nous avons reçu tous deux son absolution.

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?