Anthologia Graeca

Antecedens: 7.574

Subsequens: 7.576

Anthologia Graeca 7.575, Leontius Scholasticus Λεόντιος ο σχολαστικός Léontios le scholastique

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.575

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/918

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/918

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/918

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-13T18:51:18.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Qualités et vertus, Validé par Romane, Tyr, Rhodè, Gémellus

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


σῆμα Ῥόδης: Τυρίη δὲ γυνὴ πέλεν ἀντὶ δὲ πάτρης
ἵκετο τήνδε πόλιν, κηδομένη τεκέων.
αὕτη ἀειμνήστοιο λέχος κόσμησε Γεμέλλου,
ὃς πάρος εὐνομίης ἴδμονα θῆκε πόλιν.

γρηῢς μὲν μόρον εὗρεν, ὄφελλε δὲ μυρία κύκλα
ζώειν τῶν ἀγαθῶν οὐ δεχόμεσθα κόρον.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

The tomb is Rhode's. She was a Tyrian woman, and quitting her country came to this city for the sake of her children. She adorned the bed of Gemellus of eternal memory, who formerly was a professor of law in this city. She died in old age, but shoud have lived for thousands of years : we never feel we have enough of the good.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

Voici le tombeau de Rhodè : elle était Tyrienne, mais changeant de patrie elle était venue dans cette ville pour y élever ses enfants. C'est elle qui fut l'ornement du foyer de l'inoubliable Gémellus, qui jadis enseigna la législation dans cette ville. Vieille seulement elle trouva la mort ; mais elle aurait dû vivre des milliers d'année : des gens de bien, nous n'en avons jamais assez.

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?