Anthologia Graeca

Antecedens: 7.566

Subsequens: 7.568

Anthologia Graeca 7.567, Agathias Scholasticus Ἀγαθίας σχολαστικός Agathias le scholastique

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.567

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/910

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/910

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/910

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-13T15:13:48.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Validé par Romane, Candaule

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


Κανδαύλου τόδε σῆμα: δίκη δ᾽ ἐμὸν οἶτον ἰδοῦσα
οὐδὲν ἀλιτραίνειν τὴν παράκοιτιν ἔφη.
ἤθελε γὰρ δισσοῖσιν ὑπ᾽ ἀνδράσι μηδὲ φανῆναι,
ἀλλ᾽ ἢ τὸν πρὶν ἔχειν, ἢ τὸν ἐπιστάμενον.

χρῆν ἄρα Κανδαύλην παθέειν κακὸν οὐ γὰρ ἂν ἔτλη
δεῖξαι τὴν ἰδίην ὄμμασιν ἀλλοτρίοις.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

This is the monument of Candaules, and Justice seering my fate said that my wife committed no crime ; for she wished not to be seen by two men, but wished either her first husband or him who knew her charms to possess her. It was fated for Candaules to come to an evil end ; otherwise he would never have ventured to show his own wife to strange eyes.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

Voici la tombe de Candaule ; et la Justice, voyant mon sort, dit que mon épouse n'était pas coupable. Elle ne voulait même pas avoir été vue par deux hommes : elle voulait appartenir soit au premier, soit à celui qui l'avait surprise. Il fallait que Candaule fût devenu fou ; car il n'aurait pas dû avoir l'audace d'exposer sa propre femme à des yeux étrangers.

External Reference

Herod. I, 8

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?