Anthologia Graeca

Antecedens: 7.561

Subsequens: 7.563

Anthologia Graeca 7.562, Julianus Ἰουλιανὸς ὁ Αἰγύπτιος Julien l'Égyptien

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc2:7.562

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/905

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/905

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/905

Epigramma ad collectionem addictum ab editore Romane Auger Université de Montréal

Nuper mutata 2020-07-13T14:03:06.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, funerario, funéraire, époque byzantine, epoca bizzantina, Qualités et vertus, Validé par Romane, Craterus

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


ὦ φθέγμα Κρατεροῖο, τί σοι πλέον εἴ γε καὶ αὐδῆς
ἔπλεο καὶ σιγῆς αἴτιον ἀντιπάλοις;
ζῶντος μὲν γὰρ ἅπαντες ἐφώνεον: ἐκ δὲ τελευτῆς
ὑμετέρης ἰδίην αὖθις ἔδησαν ὄπα.

οὔτις γὰρ μετὰ σεῖο μόρον τέτληκε τανύσσαι
ὦτα λόγοις: κρατερῷ δ᾽ ἓν τέλος ἠδὲ λόγοις.

Lingua: English

Editio: W. R. Paton

O eloquence of Craterus, what profits it thee if thou wast a cause of speech or of silence to thy adversaries? When thou didst live, all cried out in applause ; but after thy death the mouths of all are sealed ; for none any more would lend an ear to speeches. The art of speaking perished with Craterus.

Lingua: Français

Editio: P. Waltz

O voix de Cratéros, à quoi bon avoir été la cause et des paroles et du silence des adversaires? De ton vivant, en effet, ils t'apostrophaient tous, et depuis ta mort leur propre voix, à son tour, s'est tue ; car personne, après ton trépas, n'ose prêter l'oreille à des discours, et la fin de Cratéros fut aussi celle des discours.

Note: Cycle d'Agathias

Les épigrammes 551 à 614 constituent un important fragment du Cycle d'Agathias. Pour P. Waltz, certaines ont pu être de véritables épigrammes mais la plupart n'ont dû être que des exercices littéraires destinés à un petit cercle de lecteur. Comment expliquer autrement l'abondance d'allusions à des divinités et rites païens à l'époque même des persécutions de Justinien ?