Anthologia Graeca

Antecedens: 5.43

Subsequens: 5.45

Anthologia Graeca 5.44, Rufinus Ῥουφῖνος

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc1:5.44

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/439

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/439

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/439

Epigramma ad collectionem additum ab editore Margot Université de Montréal

Nuper mutata 2021-03-05T23:58:55.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, Prostitution, Grèce romaine, erotic, érotic, erotico, Aphrodite, Navigation, Validé par William, Samos, Lembion, Kercurion

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio:

Λέμβιον, ἡ δ᾽ ἑτέρα Κερκούριον, αἱ δύ᾽ ἑταῖραι
αἰὲν ἐφορμοῦσιν τῷ Σαμίων λιμένι.
ἀλλά, νέοι, πανδημὶ τὰ λῃστρικὰ τῆς Ἀφροδίτης
φεύγεθ᾽: ὁ συμμίξας καὶ καταδὺς πίεται.

Lingua: English

Editio: Paton

Lembion and Kerkurion, the two whores, are always riding off the harbour of Samos. Fly, all ye youth, from Aphrodite's corsairs; he who engages, and is sunk, is swallowed up.

Lingua: Français

Editio: Waltz

Lembion et Kercurion, les deux courtisanes, bloquent sans cesse le port de Samos. Jeunes gens, fuyez en foule ces corsaires d’Aphrodite : quiconque les accostera fera le plongeon et boira un coup.

Codex

Codex

Note: Métaphores maritimes en 5.44

Ce genre de métaphores maritimes était courant chez les Grecs; mais, ici, l'expression est amenée par les noms des deux courtisanes, qui désignaient de petites embarcations (des « sabots » σάνδαλα, dit le lemmatiste): Lembion et Kercurion sont donc proprement la Barque et la Chaloupe; « Felouque et Gabarre », traduit F. Dehèque; « You-you et Chaloupette », propose Th. Sandre. (Waltz)

Names of two varieties of small boats adopted as noms de guerre by these courtesans. (Paton)

Note: Vers 3-4 en 5.44

Les deux derniers vers sont imités de V, 161, 5-6 (d'Hédylos ou d'Asclépiade). On en a parfois conclu que cette pièce devait être d'un Alexandrin et qu'en tout cas elle ne pouvait être de Rufin; Stadtmüller voulait même, contre toute vraisemblance, l'attribuer au même auteur que V, 161. Rufin a pourtant imité plus d'une fois Callimaque (cf. V, 70) ou d'autres Alexandrins. (Waltz)

Scholium 5.44.1

Scholium 5.44.2