Anthologia Graeca

Antecedens: 5.193

Subsequens: 5.195

Anthologia Graeca 5.194, Posidippus Posidippe

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc1:5.194

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/1354

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/1354

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/1354

Epigramma ad collectionem additum ab editore Luiz Capelo Université de Montréal

Nuper mutata 2021-03-16T00:16:22.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, erotic, érotic, erotico, époque hellénistique, epoca ellenistica, hellenistic period, Cypris, Aphrodite, Eros, Validé par Luiz, Couronne de Méléagre

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


αὐτοὶ τὴν ἁπαλὴν Εἰρήνιον ἦγον Ἔρωτες,
Κύπριδος ἐκ χρυσέων ἐρχομένην θαλάμων,
ἐκ τριχὸς ἄχρι ποδῶν ἱερὸν θάλος, οἷά τε λύγδου
γλυπτήν, παρθενίων βριθομένην χαρίτων

καὶ πολλοὺς τότε χερσὶν ἐπ᾽ ἠιθέοισιν ὀιστοὺς
τόξου Ἰτορφνρέης ἧκαν ἀφ᾽ ἁρπεδόνης.

Lingua: English

Editio: Paton

The Loves themselves escorted soft Irene as she issued from the golden chamber of Cypris, a holy flower of beauty from head to foot, as though carved of white marble, laden with virgin graces. Full many an arrow to a young man's heart did they let fly from their purple bow-strings.

Lingua: Français

Editio: Waltz

Les Amours eux-mêmes ont vu l’aimable Irénion, en sortant des demeures dorées de Cypris : c’était des cheveux jusqu’aux pieds une plante divine, comme sculptée dans le marbre et chargée de grâces virginales ; et ce fut alors sur les jeunes gens une grêle de traits que leurs mains décochaient de la corde pourprée de leurs arcs.

Note: Couronne de Méléagre au livre V

Suivant ce que dit Cameron, au livre V, les épigrammes 134 jusqu'à 215 font partie de la Couronne de Méléagre.

Note: Philippe ou Posidippe à 5.194

Waltz, dans la traduction en français de l’épigramme, dit que les deux possibles auteurs sont « Philippe ou Asclépiade ». La question est que, au texte grec, on lit : « Ποσειδίππου ἤ ᾽Ασκληπιάδου ». Paton traduit par « Poseidippus or Asclepiades ». À Stadtmüller on lit ΠΟΣΕΙΔΙΠΠΟΥ ἤ ᾽ΑΣΚΛΗΠΙΑΔΟΥ. Ainsi, j’ai mis Posidippe ou Asclépiade comme les deux possibles auteurs.