Anthologia Graeca

Antecedens: 5.187

Subsequens: 5.189

Anthologia Graeca 5.188, Leonidas of Tarentum Λεωνίδας ὁ Ταραντῖνος Leonida di Taranto

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc1:5.188

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/1348

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/1348

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/1348

Epigramma ad collectionem additum ab editore Luiz Capelo Université de Montréal

Nuper mutata 2021-03-15T23:37:24.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, erotic, érotic, erotico, époque hellénistique, epoca ellenistica, hellenistic period, Cypris, Aphrodite, Eros, Validé par Luiz, Couronne de Méléagre, Feu

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


οὐκ ἀδικέω τὸν Ἔρωτα. γλυκύς, μαρτύρομαι αὐτὴν
Κύπριν βέβλημαι δ᾽ ἐκ δολίου κέραος,
καὶ πᾶς τεφροῦμαι: θερμὸν δ᾽ ἐπὶ θερμῷ ἰάλλει
ἄτρακτον, λωφᾷ δ᾽ οὐδ᾽ ὅσον ἰοβολῶν.

χὠ θνητὸς τὸν ἀλιτρὸν ἐγώ, κεἰ πτηνὸς ὁ δαίμων,
τίσομαι: ἐγκλήμων δ᾽ ἔσσομ᾽ ἀλεξόμενος;

Lingua: English

Editio: Paton

It is not I who wrong Love. I am gentle, I call Cypris to witness ; but he shot me from a treacherous bow, and I am all being consumed to ashes. One burning arrow after another he speeds at me and not for a moment does his fire slacken. Now I, a mortal, shall avenge myself on the transgressor though the god be winged. Can I be blamed for self-defence ?

Lingua: Français

Editio: Waltz

Je ne suis pas coupable envers Éros, homme paisible que je suis ; j’en prends à témoin Cypris elle-même ; mais, frappé par son arc perfide, je ne suis plus que cendre ; il lance traits brûlants sur traits brûlants, sans cesser un instant d’en décocher. C’est moi, le mortel, qui ai surpris le coupable dans la maison, et si le dieu est mortel, je serai vengé : je serai accusateur en même temps que je me défendrai.

Note: Couronne de Méléagre au livre V

Suivant ce que dit Cameron, au livre V, les épigrammes 134 jusqu'à 215 font partie de la Couronne de Méléagre.

Note: L'amour qui brûle

Ces épigrammes ont la métaphore de l’amour brûlant.

L’épigramme 5.179 apporte des nouveautés à la métaphore de l’amour brûlant. À cette épigramme, c’est le poète qui va brûler l’attirail, les flèches, le carquois et l’arc d’Éros. C’est la revanche du poète, qui a souvent son âme brûlée par le dieu ailé.

À l’épigramme 5.180, le poète nous donne une cause pour la liaison entre Éros et le feu : Héphaïstos, le mari d’Aphrodite.