Anthologia Graeca

Antecedens: 5.182

Subsequens: 5.184

Anthologia Graeca 5.183, Posidippus Posidippe

Perseus URN: http://data.perseus.org/citations/urn:cts:greekLit:tlg7000.tlg001.perseus-grc1:5.183

Hoc epigramma ex Anthologiae principali situ: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/entities/1343

Json fons: https://anthologia.ecrituresnumeriques.ca/api/v1/entities/1343

Hoc epigramma ex POP situ: http://pop.anthologiegrecque.org/#/epigramme/1343

Epigramma ad collectionem additum ab editore Luiz Capelo Université de Montréal

Nuper mutata 2021-03-15T23:22:25.000Z

Argumenta: distique élégiaque, distico elegiaco, Elegiac couplet, Prostitution, erotic, érotic, erotico, époque hellénistique, epoca ellenistica, hellenistic period, Ivrognerie, Validé par Luiz, Couronne de Méléagre

Textus epigrammatis

Lingua: ελληνικά

Editio: None


τέσσαρες οἱ πίνοντες: ἐρωμένη ἔρχεθ᾽ ἑκάστῳ:
ὀκτὼ γινσμένοις ἓν Χίον οὐχ ἱκανόν.
παιδάριον, βαδίσας πρὸς Ἀρίστιον, εἰπὲ τὸ πρῶτον
ἡμιδεὲς πέμψαι: χοῦς γὰρ ἄπεισι δύο

ἀσφαλέως: οἶμαι δ᾽ ὅτι καὶ πλέον. ἀλλὰ τρόχαζε:
ὥρας γὰρ πέμπτης πάντες ἀθροιζόμεθα.

Lingua: English

Editio: Paton

We are four at the party, and each brings his mistress ; since that makes eight, one jar of Chian is not enough. Go, my lad, to Aristius and tell him the first he sent was only half full ; it is two gallons short certainly ; I think more. But look sharp, for
we all meet at five.

Lingua: Français

Editio: Waltz

Quatre buveurs, et chacun amène sa maîtresse ; pour huit que nous sommes, un Chios ne suffit-il pas ? Esclave, va chez Aristion, dis que pour commencer on nous en envoie un à moitié plein : cela nous fera deux conges, largement, et même, je crois, davantage. Allons, cours, car à la cinquième heure toute la compagnie sera là.

Note: Couronne de Méléagre au livre V

Suivant ce que dit Cameron, au livre V, les épigrammes 134 jusqu'à 215 font partie de la Couronne de Méléagre.

Note: Mime et placement au livre 5

Sur les épigrammes 5.181, 5.183 et 5.185, affirme Waltz qu’elles sont des petits mimes. Par rapport à l’ajout de 5.181 au livre V, il dit : « et c’est évidemment par analogie avec ces deux pièces [5.183 et 5.185] que, sans avoir rien d’érotique, elle a été incorporée au livre V. » (p. 83). Dans un autre commentaire sur la même épigramme, Waltz fait la suivante lecture de la fin du texte : « nous sommes cinq buveurs et il nous faut à chacun une femme. » La « parfumeuse » citée à l’épigramme est, selon cette lecture de Waltz, une proxénète. Ainsi, est-ce que l’épigramme n’est pas érotique ?